EDF veut payer beaucoup moins cher les générateurs GE à cause de la Russie, dit l’offre


EDF VEUT PAYER MOINS LES TURBINES D'ÉLECTRICITÉ GÉNÉRALE GRÂCE À LA RUSSIE, DIT SOURCE

EDF VEUT PAYER MOINS LES TURBINES D’ÉLECTRICITÉ GÉNÉRALE GRÂCE À LA RUSSIE, DIT SOURCE

PARIS (Reuters) – EDF veut revoir à la baisse la valeur attendue pour l’acquisition des générateurs d’Arabelle à Basic Electrical en raison du risque de désistement des principaux acheteurs qui ont signé des contrats avec le russe Rosatom pour le développement de centrales nucléaires, jeudi. une source proche du dossier, qui confirme une information du journal Les Echos.

Selon le journal, les deux tiers du carnet de commandes de GE Steam Energy (Geast), le producteur des générateurs d’Arabelle, dont une partie des parts sera probablement rachetée par EDF, sont des commandes de Rosatom.

La source interrogée par Reuters a confirmé que le groupe français avait l’intention de discuter à nouveau de la valorisation de l’entreprise.

“C’est compréhensible et logique, car le carnet de commandes est réduit par le départ de Rosatom”, indique cette source, et précise que le géant russe a représenté avec succès la majorité des commandes de turbines Arabelle à court terme.

Cette information intervient alors que le consortium finlandais Fennovoima a annoncé début mai l’annulation d’un contrat avec Rosatom pour le développement d’une centrale nucléaire en Finlande, invoquant des retards et des risques élevés dus à la guerre en Ukraine.

EDF avait indiqué en février que l’acquisition délibérée d’une partie de Geast pourrait reposer principalement sur une valorisation d’environ 1,1 milliard de dollars, dont 900 millions de dollars restant dans l’entreprise.

Toujours selon Les Echos, EDF et Bercy avancent qu’il n’y a pas de négociations ouvertes avec GE, mais le groupe français a obtenu plus de temps pour boucler l’opération, alors que le contrat d’acquisition devait être signé avant l’été pour une durée prévue. livraison au premier semestre 2023.

Lire aussi :   Cette métropole aide à l'installation d'un gisement d'éthanol E85

EDF et le ministère des Finances, qui ont inspiré le groupe à racheter une partie des actions de Geast, ont refusé de divulguer cette information, tandis que GE n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

L’opération annoncée en février porte précisément sur l’exercice de fabrication de turbines à vapeur Arabelle pour les cultures nucléaires à Belfort, sur un ancien site d’Alstom racheté par GE en 2015, alors qu’Emmanuel Macron était ministre de l’Economie sous François Hollande.

La reprise de ces parts par EDF est stratégique car ces alternateurs, probablement les plus puissants du marché, équipent une partie du parc nucléaire français, ainsi que les EPR de Taishan en Chine et des réacteurs du même type. en cours d’incorporation à Flamanville. Channel) et Hinkley Level, Angleterre.

(Reportage de Benjamin Mallet, avec Tassilo Hummel et Silvia Aloisi ; édité par Bertrand Boucey)