Ted Sarandos, co-directeur du géant américain du streaming, pense qu’une offre financée par la publicité ravira ceux qui trouvent Netflix trop cher.

C’était une piste envisagée, maintenant c’est confirmé. Lors du concours mondial de créativité qui s’est tenu à Cannes il y a quelques jours, Ted Sarandos, co-réalisateur du grand américain, a annoncé l’arrivée prochaine d’un nouvel abonnement qui sera moins cher mais inclura une contrepartie à la promotion.

“Nous ne tenons pas compte d’une grande partie de nos prospects, en particulier ceux qui disent:” Netflix est trop cher pour moi et la promotion ne me dérange pas. Nous ajoutons une source financée par la publicité, nous n’ajoutons pas de publicités Netflix, vous savez. Nous incluons de la publicité pour que les gens (préparés) à voir des publicités paient moins », a-t-il déclaré dans un commentaire fait par écran large.

Briser la promesse de Netflix

En attendant, silence radio sur les contours de cette offre et sa date de sortie exacte. Gardez à l’esprit qu’il devait initialement être lancé en 2024 et même en 2025.

Une chose est définitive, elle rompt avec le positionnement historique de Netflix, sans publicité (c’était aussi l’une des garanties du service).

Pourtant, pour le leader mondial de l’audiovisuel, il peut y avoir urgence. La plate-forme a introduit un manque soudain de 200 000 abonnés au premier trimestre, alors qu’il prévoyait de gagner 2,5 millions sur la période. Une perte à subir sur le dos d’une concurrence de plus en plus exacerbée mais aussi d’une inflation galopante à travers le monde. Cela incite les ménages à compromettre leurs dépenses de loisirs.

Lire aussi :   CyberGhost : billets d'avion, achats en ligne, meilleur moyen d'économiser cet été ? 📍

Parallèlement à l’arrivée de la promotion, la plate-forme fournit également d’autres mesures pour protéger ce dont elle fait la promotion, notamment un système de limitation par mot de passe pour empêcher les abus de changement de compte. Cette mesure pourrait également intervenir en fin d’année.

Olivier Chicheportiche Journaliste d’affaires BFM