Plébiscité pour ses prix bas en période d’inflation, le secteur du transport longue distance par bus connaît un pic d’activité cet été avec les grands partis. De ce fait, les entreprises ont adapté leur offre à la demande. Les lieux occidentaux sont notamment à la mode chez les vacanciers dont le profil a évolué au fil du temps.

Avec des coûts à la pompe dépassant les 2 € le litre, des dégâts dans les gares dus aux grèves et des tickets d’entraînement de plus en plus chers, le bus est devenu une stratégie alternative pour sortir à moindre prix. A la gare routière de Rennes (Bretagne) cette première semaine de juillet 2022 les bus longue distance se remplissent.

coûts constants

En croisière sur les quais, Pauline, 37ans, est un quotidien. « Je veux payer mon billet beaucoup moins cher et consacrer un peu plus de temps aux transports. » Pour Monique, partir de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) au petit matin est une nouveauté. « Je n’ai jamais pris le bus, les trajets sont très longs mais les coûts pour aller à Paris de manière pratique étaient trop élevés : plus de 50 € l’aller contre 20 € en bus. »

Malgré le prix de l’essence, qui pèse également sur les bus, une hausse du coût des billets n’est pas prévue cet été. “Maintenant, nous avons choisi de ne pas transférer l’augmentation des coûts de l’essence sur nos paiements. confirme Louis Sachot, directeur de la communauté bus BlaBlaCar. Il en va de même pour la compagnie de bus verte Flixbus, qui espère compenser cette valeur ajoutée en accueillant plus de voyageurs.

Lire aussi :   chauffage au bois
Malgré l’augmentation du prix de l’essence, les principales compagnies d’autobus longue distance ne l’ont pas incluse dans leurs tarifs individuels. (Photo : Thomas Samson/AFP)

Une clientèle en évolution

Monique et Pauline sont éliminées de celles qui ont sélectionné le bus. La firme française BlaBlaCar” Il a un horaire d’été idéal « . Son concurrent allemand, Flixbus, a enregistré une hausse des réservations au cours de l’heure d’été de 15 à 20 % par rapport à 2019. La fréquentation a doublé sur les liaisons Lorient-Brest et Lyon-Rouen et a même été multipliée par sept à Rennes. -Ligne La Rochelle.

Le profil des acquéreurs s’est également diversifié. « Notre clientèle se compose principalement de jeunes et moins jeunes, analyse un consultant Flixbus. Cependant, nous constatons qu’un nombre croissant de personnes dans la trentaine et la quarantaine doivent économiser sur leur transport pour profiter d’activités en vacances. » Un commentaire partagé par Mehdi Brahimi, chauffeur de BlaBlaCar : «Nous avons maintenant un nombre croissant de vacanciers de la classe moyenne supérieure comme les pilotes de ligne et les médecins. « .

170 emplacements

Pour répondre à cette demande croissante, les deux géants du secteur ont décidé d’augmenter la fréquence des connexions. Flixbus a mis en circulation 72 cars supplémentaires cet été. BlaBlaCar a élargi sa communauté de 20% en intégrant de nouvelles implantations à son catalogue, notamment sur la côte ouest, comme Pornic en Loire-Atlantique, Le Havre et Deauville en Normandie, mais aussi dans le sud avec le Lavandou, Hyères et Sainte-Maxime . trois villes Var.

Au total, plus de 170 emplacements seront desservis cet été. Seul problème pour les autocaristes : la pénurie qui touche déjà l’occupation des voitures pourrait s’aggraver avec la nouvelle vague de Covid-19.